05 octobre 2014 ~ 0 Commentaire

Paris devient inquiétant

Mardi 1er octobre. Le Paris-Saint-Germain réussit une performance hors du commun en s’imposant à domicile face au FC Barcelone sur le score de 3-2 alors qu’il trainait son spleen en championnat. Les joueurs comme le staff sont unanimes, c’est ce match qui va lancer leur saison, qui va faire que la machine parisienne va se remettre à écraser tous ses concurrents.

Dimanche 5 octobre. Le miracle n’a pas eu lieu, le PSG concède le nul face à Monaco sur sa pelouse sur le score de 1-1. Pourtant les Parisiens avaient toutes leurs chances pour remporter cette affiche. Comme eux, les Monégasques avaient des joueurs cadres en tribunes (Berbatov blessé et Toulalan suspendu).
Laurent Blanc avait reconduit presque le même onze de départ que face aux Catalans. Marquinhos ayant déclaré forfait sur blessure, c’est Zoumana Camara qui l’a remplacé au sein de la défense. Les hommes de Jardim, quant à eux, ont évolué dans leur traditionnel 4-3-3, mais avec Ferreira-Carrasco en pointe et Bakayoko en sentinelle devant la défense.
Le match avait pourtant bien débuté, les deux équipes étaient bien en place regroupées en un bloc solide. Il était presque impossible de combiner dans le cœur du jeu, tant les lignes étaient resserrées. La solution devait venir des côtés. Monaco avait bien compris cela, alors que le PSG s’obstinait à construire et à passer dans l’axe pour atteindre le but de Daniel Subasic. A un moment donné, les Bleus et Rouges sont passés de leur 4-3-3 à un 4-4-2 en losange avec Pastore en soutien de Cavani et de Lucas Moura pour essayer de faire bouger les lignes, mais les défenseurs monégasques ont bien tenu le coup. Les occasions furent bien maigres pour les deux équipes et c’est finalement Monaco qui s’est montré le plus dangereux avec le tir de Ferreira-Carrasco qui s’est écrasé sur la barre transversale à la 44e.

Au retour des vestiaires, Laurent Blanc a fait sortir Marco Verratti, touché à une cheville, pour faire rentrer Jean-Christophe Bahebeck. Les Parisiens sont donc passés en 4-2-3-1 avec Cavani en pointe, Bahebeck à gauche, Pastore en n°10 et Lucas Moura sur la droite. Le jeu des hommes de la capitale a enfin pris un peu de vitesse et les joueurs s’en sont remis aux centres de Mawell, bien trop peu utilisés en première période. Au fil de la seconde mi-temps, les Monégasques ont mis le pied sur le ballon et ont eu les occasions les plus franches à l’image de Kurzawa à la 61e dont la frappe a été sauvée par Van der Wiel sur sa ligne.
C’est finalement Lucas Mourra qui a ouvert le score à la 71e. L’ailier brésilien avait décidé de permuter avec Bahebeck. C’est ce dernier qui a amené le but parisien, en décalant son coéquipier qui n’avait plus qu’à ajuster Subasic sereinement.
Les Monégasques n’ont rien lâché et ont poussé jusqu’au bout. Et ils ont eu raison. Suite à un cafouillage dans la surface parisienne, Anthony Martial, entré en jeu quelques minutes avant, en a profité pour tromper Sirigu et faire revenir les siens au score.

Paris est retombé sans ses travers. Il est clair que les joueurs de la capitale choisissent leur match, tant le manque d’envie est criant dans les joutes de Ligue 1, à l’image de David Luiz, complètement à côté de la plaque pendant tout le match, essayant de tenter des choses  compliquées au lieu de jouer simple. Thiago Motta aussi a été transparent du début à la fin. Le capitaine parisien n’a aucunement influé sur le jeu de son équipe. On regrettera également le manque de confiance et de réalisme de la part de Cavani.Du côté monégasque, on retiendra le match de Kondogbia qui a su prendre le match à son compte et élever son niveau de jeu.

 Marseille est déjà à 7 points de Paris et à ce rythme là, les Phocéens risquent de creuser encore plus l’écart au cours des prochaines journées.

Charles MORAND

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Goyave cycles 128 |
Les Flying Oaks |
Tennis Club de Caen |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ESP FOOT LOISIR
| Everything Drainage You cou...
| Totallsport