21 septembre 2014 ~ 0 Commentaire

La crise parisienne

Le Paris-Saint-Germain n’y est plus. Après le nul sur la pelouse d’Amsterdam alors qu’ils menaient au score, les Parisiens ont récidivé ce soir face à l’Olympique Lyonnais. C’est le troisième match nul consécutif pour les Bleus et Rouges. En soi il n’y a rien de dramatique, mais il s’agit ici du PSG. Ce même PSG qui a dévoré la concurrence en Ligue 1 l’an dernier et celle d’avant en championnat et double quart de finaliste en Ligue des Champions.

Paris avait pourtant l’occasion de faire taire les critiques ce soir. Le Parc est une forteresse imprenable et les hommes de Laurent Blanc avaient infligé un lourd 5-0 à Saint-Etienne lors du dernier match à domicile.
Zlatan Ibrahimovic et ses coéquipiers ont réussi une première période tonitruante ponctuée d’un but d’Edinson Cavani sur un amour de centre de Lucas Digne (20e). Yohan Cabaye a eu l’occasion d’ouvrir le score à la 14e, mais le Français a mal rabattu la remise d’Ibrahimovic. A la 32e, Serge Aurier concède un coup franc près de sa surface. Mvuemba l’a magnifiquement tiré, mais, à son grand désarroi, le ballon est venu heurter la barre transversale. Malbranque s’est bien jeté pour essayer de pousser le cuir au fond des filets parisiens, mais Sirigu s’est jeté avant lui sur la balle.

Au retour des vestiaires, les Parisiens ont de nouveau dominé les échanges. Mais leurs vieux démons ont refait vite surface. Après la reprise de volée manquée de Matuidi à la 56e, les joueurs du Paris-Saint-Germain n’ont presque plus eu d’occasions dangereuses. Le match a perdu en intensité, mais les hommes d’Hubert Fournier ont tenu bon et ont su attendre leur heure. A la 84e, suite à un gros cafouillage dans la surface parisienne, Samuel Umtiti permet à son équipe de recoller au score. Corentin Tolisso aurait même pu offrir la victoire aux siens, mais son tir est allé à la rencontre des sièges dans la tribune.

Paris ne peut plus se permettre de continuer d’enchainer des matches comme ça. La première mi-temps fut magnifique, les joueurs se trouvaient presque les yeux fermés. Seuls deux éléments ont été un cran en dessous: Zlatan Ibrahimovic et Serge Aurier. Le géant suédois a joué en marchant et n’a absolument pas pesé sur la rencontre hormis deux ou trois déviations bien senties. On attend clairement plus du capitaine parisien. Serge Aurier, quant à lui est plus excusable. Venant d’un club évoluant avec une défense à trois, l’Ivoirien a besoin d’un temps d’adaptation pour retrouver ses marques dans une défense à quatre. Notons les excellents retours de Yohan Cabaye et d’Ezquiel Lavezzi. Le premier a régné dans l’entre-jeu et le second a complètement désorganisé la défense lyonnaise. La seconde période fut catastrophique, les transmissions manquaient cruellement de précision et l’intensité physique n’y était plus.
Du côté de l’OL, le bilan global est plus positif. Maxime Gonalons, Anthony Lopez et Nabil Fekir ont été très en vue et ont logiquement contribué au résultat de leur équipe.

Pour conclure, nous noterons l’hommage rendu à Christophe Jallet  par le Parc des Princes à l’entame de ce match. En effet, les supporters parisiens ont scandé le nom du néo-lyonnais avant le coup d’envoi.

Charles MORAND

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Goyave cycles 128 |
Les Flying Oaks |
Tennis Club de Caen |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ESP FOOT LOISIR
| Everything Drainage You cou...
| Totallsport