13 juillet 2014 ~ 0 Commentaire

L’agonie du Brésil

La petite finale de la Coupe du Monde 2014 avait des allures de vraie finale avec l’affrontement entre le Brésil et les Pays-Bas. Les deux nations ayant échoué au stade des demies-finale se sont retrouvées pour essayer de monter sur la troisième marche du podium et de ne pas finir le Mondial humilié. C’est malheureusement ce qui est arrivé au Brésil. Ayant fait naufrage face à l’Allemagne, la Seleçao a encore pris l’eau contre les Oranje.
Dès le début de la rencontre, on a senti que la motivation n’était pas du côté des Brésiliens. Scolari a choisi de faire le ménage dans son effectif pour faire entrer Ramires, Maxwell et Jô. On a senti un Brésil souffrant, statique et vide de créativité. Et ce n’est pas le pénalty obtenu par un Robben intenable à la 3e minute qui a arrangé les choses. Van Persie s’est chargé de le transformer. La débâcle a continué comme ça pendant toute la première mi-temps. A la 17e, l’arrière gauche batave, Blind, enfonce le clou d’une superbe reprise du gauche. La tête sous l’eau, les Auriverde n’ont jamais été en position de revenir au score. Oscar aurait pu amener un but brésilien mais le cruel manque de mouvement ne lui a pas permis d’être le sauveur tant attendu.

Lors de la seconde période, Scolari a choisi d’effectuer un changement, Fernandinho a pris la place de Luiz Gustavo. Le joueur de Manchester City a vu ses mouvements se limiter à cause d’un carton jaune pris à la 54e. C’est dommage que le mancunéen aie commis autant de fautes en aussi peu de temps, il aurait pu apporter un certain plus dans l’entrejeu. Le sélectionneur auriverde a tenté de tout chambouler en faisant entrer Hulk en lieu et place de Ramires pour que son équipe évolue avec deux pointes. Le joueur du Zénit s’est montré assez remuant et fut un des rares joueurs brésiliens à ne pas s’attirer les foudres du public.

Nous pouvons tirer deux conclusions assez claires de cette petite finale. Premièrement, les Pays-Bas ont encore des arguments à  faire valoir. La presse avait enterré un peu trop tôt de fiers bataves qui ont fait une superbe Coupe du Monde. L’Euro 2016 sera un excellent test pour la nouvelle génération.
La deuxième conclusion que nous pouvons tirer est que le Brésil est en perdition. Il n’a jamais été capable d’éblouir ses adversaires, il s’est montré très limité dans le jeu et beaucoup trop dépendant de Neymar. peut-être que la future démission de Luis Felipe Scolari permettra de remettre les pendules à l’heure dans une Seleçao en plein doute.

Charles MORAND

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Goyave cycles 128 |
Les Flying Oaks |
Tennis Club de Caen |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ESP FOOT LOISIR
| Everything Drainage You cou...
| Totallsport