18 juin 2014 ~ 0 Commentaire

La fin d’un cycle

C’est la fin. La fin d’une domination qui dure depuis six ans. Six années que la Roja régnait sur la planète football sans partage. On avait senti le début d’un certain déclin en 2013 en finale de la Coupe des Confédérations (défaite 3-0 contre le Brésil). Mais rien de dramatique. Les pronostiqueurs avaient même annoncé une finale Brésil-Espagne pour cette édition de la Coupe du Monde. Rien ne laissait présager un tel désastre. Pourtant, des exemples récents de champions du monde en titre sortis au 1er tour du Mondial suivant planait sur les Ibères (la France en 2002 et l’Italie en 2010). Xabi Alonso lui-même a avoué penser à ces « fantômes ». Cependant, les hommes de Del Bosque avaient donné l’impression qu’ils étaient venus pour gagner le titre final. Tombés dans un groupe relativement à leur portée, les Espagnols ont fait preuve d’une trop grande confiance en eux. Cela a commencé avec les Pays-Bas. Alignés en 3-5-2, les Hollandais ont surpris une Roja sans ressource et sans idée pour faire basculer le match de son côté (5-1 pour les Pays-Bas). Les Chiliens se sont inspirés de la tactique de Louis Van Gaal afin de reproduire le même exploit. Eux aussi ont été organisés dans un 3-5-2 modulable en 5-3-2 en phase défensive. Les sujets du roi Felipe ont fait une prestation à la limite de l’indigeste, additionnant les gestes maladroits aux mauvaises décisions. Le ton du match a été donné très rapidement avec une première offensive chilienne dès la 1ère minute. Cela a abouti sur un corner. Les joueurs de l’autre Roja auraient pu marquer sur celui-ci, mais la tête de Jara a frôlé le cadre. Sans un Claudio Bravo des grands jours, les Chiliens n’auraient peut-être pas remporté le match. Ses parades décisives à la 9e minute sur un coup franc et à la 15e ont montré qu’il en fallait plus pour que les champions du monde en titre trouvent le chemin des filets. Ce qui devait arriver arriva. A la 19e minute, les hommes de Jorge Sampaoli ont trouvé la faille. Sur une action menée à base de jeu en une touche et de une-deux, Alexis Sanchez centre en retrait pour Vargas qui va tromper Casillas. A ce moment, c’est l’euphorie. Le stade du Maracana, acquis à la cause des Chiliens, a explosé de joie. Et ce n’est pas fini, après un temps où l’Espagne et le Chili ont eu du mal à se retrouver dans les surfaces adverses, Aranguiz double la mise. Après un coup franc très bien frappé par Sanchez, Casillas boxe le ballon qui atterrit dans les pieds du numéro 20 (43e). Ce dernier a expédié le fameux Brazuka dans les filets du gardien du Real Madrid avec un pointu.

Au retour des vestiaires, Del Bosque veut faire rentrer du sang neuf. Très peu en vue, du moins positivement, Xabi Alonso a cédé sa place à Koke. Mais le coaching ne s’est pas révélé payant. L’Espagne a bégayé son football. Malgré des actions intéressantes, les Ibères n’ont jamais trouvé la faille. Il faut dire que Bravo a de nouveau excellé pendant cette deuxième période (81e, 84e, 88e). L’entrée de Cazorla n’a rien changé, toutes ses actions ont échoué (81e, 88e). Alors certes, le Chili a cadenassé sa défense en jouant très bas, néanmoins les joueurs auraient pu aggraver la marque. Mais l’hésitation a souvent pris le pas et ils n’ont pas trompé Iker Casillas une troisième fois.

C’est donc la fin d’un règne. Mais qui dit fin d’un règne, dit commencement d’un autre. Quelle équipe fera régner la terreur sur les terrains de football ? Le Brésil ? L’Allemagne ? L’Italie ? Peut-être la France ? Ou pourquoi pas les Pays-Bas ? Tant d’interrogations qui rendent cette édition de la Coupe du Monde passionnante.

A noter également que les Pays-Bas ont battu l’Australie sur le fil 2-3 dans un match au cours duquel les Australiens furent très impressionnants. Les buteurs australiens sont: Cahill (21e) et Jedinak (54e). Les Hollandais ont marqué par l’intermédiaire de Robben (20e), Van Persie (58e) et Memphis (68e).
Les Pays-Bas et le Chili sont donc qualifiés pour les huitièmes de finale dans le groupe B.

Charles MORAND

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Goyave cycles 128 |
Les Flying Oaks |
Tennis Club de Caen |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ESP FOOT LOISIR
| Everything Drainage You cou...
| Totallsport